Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2019

Du passé ne faisons pas table rase

75464334_2507144899321119_5936550255192440832_o.jpg

"Le vent se lève"

 

Lucienne Cluytens et Chantal Lebecq

 

ISBN : 978-24-91114-05-3

 

Gilles Guillon éditions

BP 11287

59014 LILLE CEDEX

 

gilles.guillon4@orange.fr

480 pages

17 €

 

En son temps, Thierry Jonquet produisit un polar intitulé « Du passé faisons table rase ». Ce n’était pas sans malice que, pour étriller un secrétaire général de PCF fictif, il ait choisi d’emprunter pour son titre, une ligne célèbre de « L’Internationale », chant révolutionnaire s’il en est bien un, basé sur un poème d’Eugène Pottier.

Chez moi point de malice mais au contraire du premier degré pour parler du récit « Le vent se lève », bien que dans cet ouvrage on fît fortement référence à l’internationalisme et aux divers mouvements de tendances révolutionnaires qui ont marqué la décennie soixante-dix du vingtième siècle. En effet, à son époque, Eugène Pottier évoquait un passé qu’il fallait réformer, voire annihiler pour construire un présent radieux qui aboutirait à un avenir qui ne le serait que plus. Alors que moi je pense qu’il faut au contraire préserver les années soixante-dix et leurs apports pour venir en aide à notre époque tellement aléatoire.

Mais avant tout, parlons des responsables de la levée de ce vent sans aucun doute bienfaiteur.

Lucienne Cluytens, autrice de polars de bonne facture, divers et variés, qui a traversé la décennie 70 aux avant-postes de bien des mouvements qui l’ont marquée.

Chantal Lebecq, flûtiste du groupe de folk progressif « La Cour des Miracles ». Un formation basée à Lille depuis presque toujours qui, à partir du folk ancestral, a su, avec différents complices, offrir une musique ouverte à moult influences, jazz, pop, avec des résurgences de l’épopée du British Sound et notamment d’un certain Ian Anderson, pilier du Jethro Tull, qui jouait et chantait sur un pied le célébrissime « A Song for Jeffrey » dès l’année 1969.

La ville de Lille et ses environs occupent une place importante dans le récit, mais il ne s’agit en rien d’un ouvrage régionaliste voire localiste, car les thèmes abordés, en ces années fécondes, ont largement franchi les frontières d’une cité située stratégiquement non loin de Londres et de son effervescence musicale, mais aussi d’Amsterdam avec ses Provos sur sa grande place et, en poussant plus loin, de Bremen, en Allemagne, avec ses communautés.

Les années 70 à Lille, ce fut le féminisme, l’antimilitarisme, l’écologie…

« Les amis de la terre », pionniers de l’écologisme dans la rue de Gand, mais aussi dans le même local, le mouvement contre la conscription, la lutte des femmes…

Deux villes japonaises détruites par la bombe atomique avaient alerté sur les dangers de l’atome. Puis tout était retombé. Certaines personnes n’en restèrent pas là et se dressèrent contre les projets de centrales : Fessenheim devenue depuis une vieille ruine incertaine ; Gravelines non loin de Lille, à ce qu’il paraît, la plus grande centrale d’Europe ; Super Phénix, contre la réalisation duquel Vital Michalon est mort au cours de l’été 1977, s’est avéré être un fiasco, et l’on ne peut oublier les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima.

Les jeunes des années 70 étaient-ils des hurluberlus ou des rêveurs ?

Après deux guerres mondiales et la guerre d’Algérie qui avait vu des appelés être enrôlés pour partir de l’autre côté de la Méditerranée, l’armée et son fer de lance, le service militaire, n’avaient pas bonne presse chez les jeunes garçons des années 70. Fini le prestige de l’uniforme et le patriotisme à tout crin. D’autant que les intéressés n’étaient pas sans savoir que de jeunes Américains se réfugiaient au Canada pour ne pas finir déchiquetés dans les rizières du Vietnam, tout comme des jeunes Portugais d’avant la révolution des œillets, accouraient eux en France pour ne pas subir le même sort en Angola où la dictature héritée de l’ère Salazar, s’entêtait à y sacrifier une partie de sa jeunesse.

Alors beaucoup étaient objecteurs de conscience, insoumis et, dans le « meilleur » des cas, réformés P4.

Le combat des femmes avait tourné autour du droit à l’avortement qui avait trouvé un aboutissement législatif avec la loi Veil en 1974, et très tôt était apparu un sigle : MLF, pour Mouvement de Libération de la Femme.

Il serait long dans cette chronique de passer tout en revue, d’autant que « Le vent se lève » s’en charge parfaitement bien.

Notons encore pour asseoir l’aspect national, voire international des thèmes traités, la présence dans l’ouvrage de célébrités : René Dumont, premier candidat écologiste lors de la présidentielle de 1974, José Bové et la lutte des paysans du Larzac contre l’extension d’un camp militaire, Gisèle Halimi et bien d’autres.

Et la musique dans tout cela ? Elle est forcément omniprésente. D’abord avec la formation du groupe La Cour des Miracles : des jeunes voulant vivre à fond leur passion, vivant en communauté, ouverts sur le monde autant que sur leurs instruments. Un groupe de folk ai-je dit, mais attentif à d’autres créateurs de l’époque.

J’ai vécu tous ces événements à Lille, j’ai habité presque à côté du local des Amis de la terre rue de Gand, j’ai vu et écouté La Cour des Miracles en divers endroits, j’ai occupé une pièce sous les toits dans le Vieux-Lille qui fut rénové par la suite, mais hélas, en même temps que ses habitants.

Quelques petites années seulement après les événements riches et nombreux évoqués dans « Le vent se lève », j’étais établi à Toulouse où j’ai pu constater que là aussi, l’effervescence avait été grande et le demeurait. Les Punks avaient certes surgi, la Valstar avait quelque peu supplanté les tabacs aux senteurs sucrées, mais l’héritage de la décennie 70 demeurait.

C’est pour tout cela qu’il faut lire et faire lire « Le vent se lève ». Car le vent du Nord s’est sans aucun doute levé, mais le Mistral, la Tramontane ou encore le vent d’Autan, se sont levés tout autant quand a surgi une révolution, celle d’une jeunesse en quête de changements importants.

Plus de quarante après, tout ce qui est cité dans « Le vent se lève », peut, d’un point de vue spatio-temporel, être considéré comme appartenant au passé, oui mais alors, un passé dont il ne faut effectivement pas faire table rase, car plus que jamais, nous en avons besoin.

Commentaires

Super analyse Patrick ! Merci. J'ai retrouvé le fichier avec mes remerciements à ton intention dans la version du 25 juillet que Gilles n'a pas utilisé pour le livre ! Grrr, il a pris la version du 10 juin où tu n'étais pas encore inscrit. Ton nom apparaîtra dans le prochain tirage... D'autres oublis ou erreurs n'ont pas été prises en compte. Du boulot de relecture en perspective.

Écrit par : Lucienne | 26/11/2019

Répondre à ce commentaire

Pas grave Lucienne. De toute façon je suis partout dans le livre : rue de Gand, au Le Pelletier, au Caducé, à l'U1, au Menthal avec un h... Et même en train de lire le Clampin Libéré que j'achetais régulièrement.

Écrit par : Patrick S. VAST | 27/11/2019

Répondre à ce commentaire

Je signale illico la faute d'orthographe à Gilles !

Écrit par : Lucienne | 27/11/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire