Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2020

Bon voyage Yoko...

yokolangue.jpg

En mars 2017, j'avais écrit un texte "Mort d'un chat", à propos du décès de mon chat Tigret emporté par le cancer.

Hier c'est Yoko qui est parti, du moins que l'on a été contraint de faire partir. Il y avait eu une première alerte il y a 15 jours. On avait cru, et le véto nous avait confortés, à une poussée d'arthrose. Une piqûre antiinflammatoire et des complément alimentaires, et Yoko était petit à petit reparti. Bon, il chassait encore des fois des pattes arrières, il tenait sa tête un peu inclinée... mais l'arthrose peut entraîner des raideurs de partout... Alors, on espérait encore.

Puis hier vers 12 h 30 ou un peu plus, grosse crise. Deux attaques successives... Je passe sur les détails. Retour chez le véto, et là, la sentence tombe : problème neurologique grave. Perte de la vue, de la motricité, miaulements de douleur ou de détresse. Souffrances !

Voilà, il fallait soulager Yoko. Il repose près du patio qu'il a tant de fois traversé, près de la maison où il est né et où il a vécu heureux durant 16 ans, 3 mois et 4 jours.

Des quatre chats nés de la même portée le 8 juillet 2004, il ne nous reste plus que Noria, dite Nono, la seule fille, celle que j'appelle désormais la vétérane.

Yoko nous a apporté énormément de bonheur durant toutes ces années. Je possède une vidéo de lui, mais c'est trop tôt pour la regarder.

Bon voyage Yoko, et merci, mille fois merci, d'avoir débarqué chez nous une nuit de juillet.

 

10/09/2020

Travelin'

Ciel bernanosien digne d'un "sous le soleil de Satan", pour finalement une promenade cool...

P1010014.JPG

P1010007.JPG

P1010003.JPG

05/09/2020

News de septembre

Il semblerait qu'un décongestionnement commence à s'opérer au niveau des dédicaces. Les libraires recommencent à ouvrir leurs portes et je serai à la 24ème édition du mythique salon du polar de Lens le samedi 10 octobre prochain.

Une embellie qui s'insinue dans un contexte que l'on veut toujours morose et surtout anxiogène. De par les quelques dédicaces (très peu) effectuées depuis le début juillet, les lecteurs semblent avoir compris qu'on ne nous lâcherait pas de sitôt avec  l'ogre covidien et, ma foi, ils s'adaptent à la situation, revenant vers les auteurs, s'intéressant à ce qu'ils proposent. Ce n'est pas la joie de dialoguer masqué, mais jouons le jeu en se disant que tout passe, tout lasse : c'est dans l'ordre des choses.

Je suis en pleine  re-relectures de mon petit dernier "Noire campagne". Il ne s'agit pas de la ruralité, encore que, mais de la campagne électorale des municipales 2020, municipales ô combien perturbées. Bien m'en avait pris dès le départ de faire se dérouler le roman entre mars 2018 et mars 2020 et très exactement le 2 mars 2020. À  ce moment-là la France venait de passer au stade 2 de l'épidémie, ça n'annonçait rien de bon, mais au moins n'étions-nous  pas encore obligés de présenter les personnages d'un roman masqués, ou pire, confinés. Ouf, il était temps.

Voilà, à bientôt pour d'autres nouvelles... 

20/08/2020

Chat Moiré numéro 6 terminé

Noire Campagne-1.jpg

Eh oui, "Noire campagne", le Chat Moiré numéro 6 est terminé. Jamais je n'aurai mis autant de temps à écrire un roman, du moins le premier jet. Commencé à la toute fin janvier/début février quand tout semblait normal dans le pays de France, l'écriture suivait son rythme habituel de croisière. La publication était programmée pour septembre, pas de souci à l'horizon. Puis vint ce que l'on appela le confinement. Alors, ralentissement certain de l'écriture, pour arrêt total le 7 avril pour cause de manque de perspectives, pour ne pas dire pour cause d'avenir bouché. J'ai repris le manuscrit bien plus tard, vers la fin mai. Après relecture de ce qui avait été produit précédemment, je suis reparti, avec toutefois un rythme, un tempo plus lent que d'habitude, les perspectives n'étant toujours pas terribles. Et voilà comment je suis arrivé à la fin du roman pas plus tard qu'hier. Je vais continuer le travail, re-relecture, etc... Quand sortira-t-il ? Certainement pas en septembre, compte tenu que mon précédent "Nuits grises" a eu sa carrière passablement freinée par la frénésie virale qui s'est abattue sur la nation, et que "Portraits croisés" de ma consœur (et bien plus encore) Odile Guilheméry, a débuté sa carrière dans des conditions qui sont loin d'être optimales. On va miser sur novembre, en souhaitant que les cohortes de morbido-catastrophistes qui se tiennent en embuscade pour prédire un avenir sombre et pire encore, perdront de plus en plus de crédit, condition sine qua non pour retrouver une vie acceptablement normale.

À bientôt donc, je l'espère !

03/08/2020

Des news d'août

Depuis un moment je mets surtout des chansons en ligne. Chanter c'est en quelque sorte respirer, et on en bien besoin depuis quelques mois.

J'ai repris les dédicaces avec Odile Guilheméry dont le premier roman est sorti en plein confinement car il fallait bien le sortir un jour. Un salon et 2 dédicaces en librairie depuis le 12 juillet. Que dire ? La dédicace c'est par définition le contact, humain bien sûr. Alors, avec un masque sur la figure, plus d'expression du visage, plus rien ou presque ne passe. Puis, il y a ce qui est assené, matraqué depuis des mois : gestes barrières, distanciation sociale ou physique (selon les matraqueurs)... des termes, des appellations d'une novlangue aliénante qui me hérissent. J'avais cru naïvement qu'on allait nous lâcher avec juillet et le soleil bienfaisant. J'avais pensé toujours naïvement qu'ensuite tout s'apaiserait naturellement. C'était sans compter sur l'offensive des morbido-catastrophistes de tout poil qui étaient prêts à repartir pour une croisade alarmiste de 2ème vague, d'épidémie quasiment éternelle...

Personnellement je boycotte toutes les infos depuis trois semaines : TV, radio, journaux... Plus aucune déclaration des anges de l'apocalypse covidienne ne peut m'atteindre.

Je patiente, encore et toujours, et en attendant, je vais continuer de chanter.

Faites comme moi, ça fait du bien.

03/07/2020

À la Maison de la Presse de Berck-sur-Mer le 1er août

J'y était venu le 15 février, à une époque qui paraît maintenant bien lointaine, quand on pouvait croire que les tribulations covidiennes étaient sous contrôle. Eh bien, j'y retourne le 1er août, avec cette fois Odile Guilheméry et ses "Portraits croisés".

 

afficheMPberck_page-0001.jpg