Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2017

Moi et Fleur Sauvage/Aconitum

P1010001.JPG

J'ai rencontré David Lecomte, directeur des deux maisons d'édition, lors d'un mini salon organisé à Auchan Béthune à la fin décembre 2013. À l'époque j'avais écrit deux chapitres d'un roman que j'avais déjà appelé "Requiescant", et qui devait être la synthèse de deux genres, le polar et le fantastique. Je dois avouer que je me demandais à ce moment-là, à quel éditeur adresser le tapuscrit. En effet, je supputais que le panachage de deux styles risquait de poser problème. Et tandis que j'entendais David Lecomte présenter ses romans à des lecteurs intéressés, je me suis aperçu que ce qu'il faisait était assez proche de mon "Requiescant". Je lui en ai fait part et, aussitôt, il m'a invité à lui proposer le texte une fois achevé. En effet, il comptait étendre Fleur Sauvage qui était alors sa maison d'auto-édition, à d'autres auteurs. Un point important, dans son argumentaire au sujet d'un de ses romans, il mentionnait la formule "fantastique ambigu". Je dois avouer que cela a fait tilt dans mon esprit, et j'ai décidé d'insuffler dans "Requiescant", du fantastique, mais justement, ambigu, pour mieux corser l'intrigue. Ensuite il y a eu "Igneus" où là, le fantastique était total. Puis est née une seconde maison d'édition, "Aconitum", qui tombait à point nommé pour "Insoumis", un roman noir sur fond de guerre d'Algérie. Enfin, ce fut un retour à Fleur Sauvage avec "Incarnatio", un thriller cette fois psychologique.

Il est évident que sans cette rencontre avec David Lecomte, je ne suis pas du tout certain que ces 4 romans auraient été publiés. C'est bien là la particularité de Fleur Sauvage/Aconitum : l'ouverture, l'innovation, et peut-être même l'expérimentation. C'est aussi la chance donnée à des auteurs pour qu'ils s'expriment.

Dans ces conditions, il est nécessaire pour la littérature de genre ou autres, que ces deux maisons d'édition perdurent, qu'elles continuent d'apporter leur lot de nouveautés pour le plaisir de nombreux lecteurs avides de découvertes, aimant sortir des sentiers battus, curieux d'essayer, d'expérimenter.

Mobilisons-nous, mobilisez-vous, que Fleur Sauvage/Aconitum vivent.

En achetant leurs livres issus de catalogues déjà très riches :

https://www.editionsfleursauvage.com/catalogue

https://aconitumblog.wordpress.com/nos-publications/

 

Adhérez aussi à ce formidable mouvement de solidarité qui s'est déjà mis en branle pour sauver Fleur Sauvage/Aconitum !

Cliquez pour cela sur le lien ci-dessous :

 

https://fr.ulule.com/sauver-les-editions-fleur-sauvage/

 

Une maison d'édition qui disparaît, c'est un désert aride qui se substitue à la végétation luxuriante.

Faites-vous plaisir, faites-nous plaisir, faites-leur plaisir, que la création triomphe du matérialisme et de ses contraintes, que la littérature en sorte grandie !

 

Patrick Samuel VAST, auteur Fleur Sauvage/Aconitum

 

Écrire un commentaire