Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2017

Mort d'un chat

14650078_10208620101512376_6684719622444045200_n.jpg

Notre chat Tigret nous a quittés cette nuit ; il n'aura jamais 13 ans.

Tout s'est précipité, le crabe a fini par avoir le dessus sur le tigre. Le crabe, alias le cancer, pur produit de notre monde sur-pollué, de notre monde empoisonné, que des fous sont prêts à pourrir encore plus pour un un ou deux points de croissance merdique qui ne changeront absolument rien.

Tigret, c'était l'épicurien, l'hédoniste, celui qui cueillait le jour. Toujours un peu distant, pas très câlin, mais pourtant si doux et si attachant.

Je le verrai toujours se prélasser au soleil, lui le gourmand, le jouisseur.

Tigret, c'était une leçon de vie, une leçon de philosophie de la vie à lui tout seul. La vie, il l'aimait tant, qu'il a lutté jusqu'au bout pour la garder, pour connaître encore un été, et peut-être pour atteindre au moins ses treize ans, le 8 juillet prochain.

Mais Tigret n'aura jamais treize ans. Il est parti cette nuit.

Il était tellement indépendant, qu'il nous a même épargnés de cette terrible démarche que l'on nomme pudiquement "l'endormissement" chez le véto. Non, il est parti sans véto, sans piqûre, tout seul... C'était Tigret.

Une satisfaction quand même en ce jour si triste, si blues : il a parfaitement profité des douze années de sa vie, et l'on sait que l'on y est un peu pour quelque chose.

Requiescat in Pace, mon Tigret... notre Tigret...

Écrire un commentaire