Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2017

Mort d'un chat

14650078_10208620101512376_6684719622444045200_n.jpg

Notre chat Tigret nous a quittés cette nuit ; il n'aura jamais 13 ans.

Tout s'est précipité, le crabe a fini par avoir le dessus sur le tigre. Le crabe, alias le cancer, pur produit de notre monde sur-pollué, de notre monde empoisonné, que des fous sont prêts à pourrir encore plus pour un un ou deux points de croissance merdique qui ne changeront absolument rien.

Tigret, c'était l'épicurien, l'hédoniste, celui qui cueillait le jour. Toujours un peu distant, pas très câlin, mais pourtant si doux et si attachant.

Je le verrai toujours se prélasser au soleil, lui le gourmand, le jouisseur.

Tigret, c'était une leçon de vie, une leçon de philosophie de la vie à lui tout seul. La vie, il l'aimait tant, qu'il a lutté jusqu'au bout pour la garder, pour connaître encore un été, et peut-être pour atteindre au moins ses treize ans, le 8 juillet prochain.

Mais Tigret n'aura jamais treize ans. Il est parti cette nuit.

Il était tellement indépendant, qu'il nous a même épargnés de cette terrible démarche que l'on nomme pudiquement "l'endormissement" chez le véto. Non, il est parti sans véto, sans piqûre, tout seul... C'était Tigret.

Une satisfaction quand même en ce jour si triste, si blues : il a parfaitement profité des douze années de sa vie, et l'on sait que l'on y est un peu pour quelque chose.

Requiescat in Pace, mon Tigret... notre Tigret...

26/03/2017

Ambiance fluviale

524141_10200165810520385_1638646237_n.jpg

Photo Régine Vast

25/03/2017

Couverture

L_Bethune_couv.jpg

La couverture de "La veuve de Béthune", mon premier polar publié en 2009.

Mais j'en avais proposé une autre, celle de la photo de Régine Vast ci-dessous :

484287_3683496998421_52420865_n.jpg

C'est la première qui est passée à la postérité, mais reconnaissons que la second ne manque pas de caractère, et surtout d'ambiance et d'atmosphère avec ses corbeaux voletant au sommet du beffoi.

Pour un polar psychologique, un roman de suspense, c'est parfait.

À noter que la photo  été prise en juillet par un jour de grand soleil et de chaleur.

Mais il a fallu qu'un gros nuage s'invite dans le paysage pour donner tout son cachet, tout l'effet voulu et recherché au cliché.

24/03/2017

Comment peut commencer un roman ?

Par exemple par un très très vieux souvenir comme ci-dessous. Allez, je termine de toiletter celui que j'ai repris, je l'envoie pour soumission, et je repars au temps de l'enfance... Les années 60, le temps des... Je ne vais pas plus loin car ce sera le titre de ce roman à venir.

23/03/2017

Toujours vivant

Je suis revenu sain et sauf de mon opération d'une hernie inguinale. Un peu de repos maintenant, enfin professionnellement parlant, ce qui va me permettre de terminer le toilettage d'un roman que je traîne depuis 2011 et de commencer l'écriture d'un autre. De la littérature dite blanche pour les deux en attendant le 28 mars où, ami(e)s de ce blog, je vous ferai part d'un grand projet à venir.

21/03/2017

Demain

C'est hosto blues à l'aube. Je ne pense pas que je posterai de la journée. mais je vous dis à bientôt, et en attendant, offert pr l'Oncle Paul, un petit PDF polareux de bonne consistance :

200836C_4.pdf